Bienvenue dans le Manoir de la richesse et de la beauté, ici seules les nobles, les comtesses, les princes sont acceptés, mais heureusement, les serviteurs sont là pour les amuser...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Allen M. Gloucester

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 17/09/2007

Feuille de personnage
Maître(sse) de: Lyndis D'Einrew
Esclave de: /
Ami(e)s: /

MessageSujet: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Mer 3 Oct - 17:05

Allen fut tiré de sa rêverie par les hésitations de Lyndis, à vrai dire il ne s'était pas attendu à ce qu'elle se jette sur les fraises, il se mit à imaginer à la place du fruit que Lyndis savourait sa propre fraise et son plaisir s'en fit d'autant plus intense. Il la regarda avec une envie apparente, elle aurait put se demander alors de quelle envie, et pour passer inaperçu il sourit chaleureusement à Lyndis et posa sa grappe de raisins en s'approchant d'elle. Il tendit sa main vers elle, puis cette main dévia et attrapa une fraise du panier.

"Vous me donnez de drôles d'envies, Lyndis" dit-il en goûtant lui-même à la fraise qu'il venait de prendre.

Son regard glissa sur tout le corps de Lyndis alors que celle-ci avait baissé les yeux et il sourit. En disant tout de même:

"Vous êtes une jeune fille charmante, votre arrivée ici est désolante. Ou bien savoureusement juteuse comme ces jolies fraises."

Il lui fit un clin d'oeil, elle avait peu de chance en fait de comprendre le véritable sens de cette phrase, à vrai dire c'était le genre de choses que disaient les courtisans à leurs courtisanes. Voici les propos qui charmaient les jeunes filles de la noblesse. Et tout le monde sait que si ces demi-femmes appréciaient ces avances c'est qu'elles raffolaient du plaisir qui s'en suivait. Une jeune fille de famille malaisée qui ne connaît rien aux plaisirs de la chair ne pouvait pas comprendre l'étendue connotée dans une phrase aussi bien tournée. A l'évidence on reconnaît chez Allen les traits d'un beau-parleur expérimenté et d'un terrible manipulateur. Derrière ses sourires apparemment stupides et ses histoires à faire rire un cadavre, Allen cachait une bête qui ne désirait que sortir, faire face aux autres, une bête qui voulait sentir la chair des femmes et qui voulait les flétrir de ses mains.

Il prit encore quelques fraises et s'intéressa à un poulet déjà près qu'il tenait à goûter bien vite. Il en arracha quelques bout de peau et les mit dans sa bouche pour en apprécier le goût relevé par les épices orientaux. Après quoi il avisa une bouteille d'absynthe qu'il déboucha et montra à Lyndis avec un grand sourire.


"Et si nous en prenions une réserve pour aller boire un peu au clair de la lune naissante. Je vous invite, estimez-vous heureuse, les serviteurs n'ont pas souvent la chance de goûter à ces choses là, c'est réservé aux gens de fortune."

Il ne put réprimé une grimace gênée, à vrai dire Allen aimait, étant petit aller jouer avec les garçons des paysans et il connaissait leur misère. Il continua néanmoins:

"J'irai aussi nous chercher une pipe à opium, vous goûterez ma jolie servante aux plaisirs que nous offre la nature."

Il rit à gorge ouverte et attrapa plusieurs bouteilles qu'il donna à Lyn pour s'emparer d'une coupe de fruits bien pleine. Il lui fit alors signe de le suivre et courut en dehors de la salle de bal. Passant par sa chambre où il avait rangé sa pipe personnelle et une réserve d'opium suffisante.

"Nous allons nous amuser un peu, nous sommes là pour ça après tout!"

Il repartit alors, s'assurant d'être suivi par Lyndis qui tenait encore les bouteilles d'absynthe, vers le dehors du château. Il courut presque jusqu'au bois dans lequel il s'engagea suffisamment profondément pour n'être nullement dérangé. Il s'assit sur une souche, en appui contre un arbre, il y avait une autre souche semblable juste à côté. Il posa la coupe de fruits, la pipe à opium et ses réserves d'opium par terre, où il fit signe à Lyndis de poser les bouteilles. Il en attrapa une rapidement qu'il ouvrit et but une gorgée puis une autre, et commença à boire sans compter avant de tendre la bouteille à Lyndis.

"L'absynthe et l'opium sont les deux plus beaux cadeaux de Dieu."

Dit-il en allumant la pipe (qui est en fait un narguilet bien sûr).


Dernière édition par le Jeu 4 Oct - 0:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndis D'Einrew

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
Maître(sse) de: ...
Esclave de: Allen M. Gloucester
Ami(e)s:

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Mer 3 Oct - 21:46

Elle ne savait que penser du regard insistant d'Allen, lorsque ce dernier approcha lentement sa main d'elle, la demoiselle eut un léger mouvement de recul. Son visage se durcit mais cette même main dévia vers le panier de fraises où Lyndis s'était précédemment servie. L'air de rien, elle baissa un peu la tête pour laisser ses longs cheveux blonds masquer un peu son visage. Elle finit sa fraise du bout des lèvres, gênée par la remarque de son maître. Relevant finalement son regard de nacre, elle ne comprit pas l'entièreté des paroles du noble. Les sourcils légèrement froncés et les lèvres entreouvertes, elle préféra cependant passer outre.

* Je prendrais cela pour un compliment ... *

Reprenant un nouveau fruit, elle laissa le Comte de Gloucester se servir par lui-même, bien heureuse de ne pas être obligée de lui donner la becquée. Vraiment, les pauvres gens se débrouillaient bien seuls alors pourquoi les autres ? Riches et cultivés mais incapable de se débrouiller par eux-même, si ce n'était pas pitoyable .... Une bouteille d'absynthe lui fut mise sous les yeux. Sortant de ses rêveries, elle se redressa. Légèrement froissée par la remarque d'Allen, elle répliqua d'un ton plutôt sec.

" C'est trop d'honneur, Maître. "

Elle le laissa s'esclaffer mais elle n'eut pas le temps de bougonner dans son coin car plusieurs bouteilles vinrent encombrer ses bras. Soufflant une mèche qui lui piquer l'oeil, elle dut presser le pas pour rattraper le comte. Quelle mouche l'avait piqué ? Avait-il déjà essayé de courir avec plusieurs bouteilles dans les bras ? Seulement, on ne lui laissa pas la possibilité de se plaindre. En y songeant bien, ils devaient vraiment avoir l'air ridicule ... Un beau jeune homme aux longs cheveux dorés avec un corne d'abondance à la main poursuivit par une jeune servante chargée de bouteilles d'absynthe.

Après un détour qui parut interminable pour Lyndis, ils rejoignirent le bois au fond du parc. L'air était frais et seule la lune, pleine ce soir là, éclairait les alentours. De l'orée du bois, on pouvait encore apercevoir les vives lumières du château. Mais une fois parvenu à une clairière, les deux jeunes gens étaient isolés. Avouons que ça n'était pas pour rassurer Lyn. Mais au moins, elle pouvait enfin se délester des bouteilles. Laissant échapper un soupir, elle s'assit sur l'autre souche.

Du coin de l'oeil, elle l'observa boire goûlument. Etait-il venu ici juste pour boire tranquillement, sans se soucier de l'image qu'il pourrait donner ? Lyndis prit la bouteille que son maître lui tendait, un peu sceptique. Elle n'avait jamais goûter d'alcool, ni même cette chose qu'Allen allumait. Elle le sentit puis le porta à ses lèvres, prenant une petite gorgée. Petite, mais bien assez grande pour qu'elle puisse sentirsa trachée s'échauffer. Elle fit une grimace, surprise, bien que le goût soit bon.


" De drôles de cadeaux ... Mais bon, les voies(x ?) du Seigneur sont impénétrables. "

C'était à croire que seuls les riches recevaient des soi-disant dons de Dieu car la vie de Lyndis n'avait pas vraiment été un cadeau ... Elle regrettait le temps où elle pouvait encore courir sur le port, pieds nus, avec ses amis. Non. La demoiselle cligna des yeux et secoua sa tignasse blonde avant de reprendre une gorgée d'absynthe.

* C'est pas le moment de repenser à ça ... *

Elle reposa la bouteille et prit un grain de raisin. Accoudée sur ses genoux, elle regardait devant elle les hauts arbres noirs. Le vent les faisait frémir contrairement à la jeune domestique qui commençait à avoir chaud. Elle tourna ensuite la tête vers le noble.

" Arrêtez-moi si je suis indiscrète mais, quel âge avez-vous ? "

Il lui paraissait jeune. Mais il lui semblait aussi qu'il en savait bien plus qu'elle sur ce qu'était de vivre, vivre au sens de profiter des choses. C'est certainement ce qu'elle enviait le plus aux riches ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen M. Gloucester

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 17/09/2007

Feuille de personnage
Maître(sse) de: Lyndis D'Einrew
Esclave de: /
Ami(e)s: /

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Jeu 4 Oct - 1:03

Le jeune comte de Gloucester observait sa servante d'un oeil, voyant qu'elle n'avait jamais fait l'expérience de l'alcool, ce qui le fit largement sourire. Il inspira trois ou quatre bouffées de fumée et fit passer le tuyau à Lyndis. Lui souriant aimablement. Lui-même fumait depuis longtemps. Il devenait fort. Il attrapa une fraise qu'il lança dans sa bouche et dit alors que cette fraise explosait sous la pression de ses dents:

"Prenez donc un peu de ceci, je pense que l'effet vos ravira."

Dans le même temps il reprit la bouteille d'absynthe des mains de Lyndis et, constatant qu'il n'en restait déjà que la moitié, prit sur lui d'en boire un bon tiers d'un coup. Il prit tout de même le temps d'expliquer à Lyndis comment il fallait se servir du narguilet.

"Posez vos lèvres en O autour du trou que vous voyez là, ensuite inspirez en gonflant les poumons et ne vous étonnez pas si cela vous fait tousser un peu au début."

Il avait dit cela avec un sourire bienveillant, il décida de regarder comment se débrouillait Lyndis tout en buveant au goulot l'absynthe de la bouteille.

"Bien, vous ne vous en sortez pas trop mal!"

Dit-il en riant suite à une légère toux de Lyndis.

"J'ai 19 ans Belle Amie."

Il tendit le fond de la bouteille à Lyndis en reprenant le tuyau.

"Buvez le reste sans vous arrêter, cul sec. Le goût de l'absynthe ne vous dérangera pas, je puis vous l'assurer."

Alors qu'il disais cela, il inspira une nouvelle bouffée d'opium et se servit dans le panier de fruit avant d'ouvrir une nouvelle bouteille d'absynthe qu'il entamma avant que Lyndis ait commencé à boire, il leva la bouteille et laissa l'alcool lui tomber dans la gorge en le brûlant sur son passage. Il resta ainsi quelques secondes, les yeux fermés, à recevoir de l'absynthe dans l'estomac. Puis il arrêta et se mit à rire en regardant la bouteille de Lyndis qui n'avait pas bougé.

"Buvez vous dis-je Ma Belle-Amie."

Il inspira à nouveau un peu d'opium et tendit la pipe à sa servante. Il n'était pas encore dans un état critique, loin de là d'ailleurs, il savait qu'il tenait particulièrement bien, mais une descente comme celle qu'il venait de terminer le plombait généralement d'un coup pour quelques minutes, aussi préféra-t-il ne même pas essayer de se lever. Il fallait Qu'il tienne, pour ... s'amuser avec elle sans qu'elle ne s'en rende compte. C'était le meilleure idée qu'il avait trouvée pour qu'elle ne lui résiste pas. Voyant que la si jolie jeune fille commençait elle aussi à se sentir tourner, il décida de discuter un peu, histoire de la garder avec lui.

"Comment était votre village, quand vous étiez jeune?"

Ce n'était pas de la curiosité, à vrai dire il voulait voir à quel point elle ressentait l'effet de ces drogues mélangées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndis D'Einrew

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
Maître(sse) de: ...
Esclave de: Allen M. Gloucester
Ami(e)s:

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Jeu 4 Oct - 22:47

Son maître sembla d'abord ignorer sa question, appliqué à aspirer ce qu'elle avait crut comprendre être de l'opium à travers cette grande pipe. C'est ensuite qu'il lui tendit avec un large sourire. Encore plus démunie qu'avec la bouteille d'absynthe qu'Allen lui avait reprise, elle observa la chose d'un air curieux. Il prit le temps de lui expliquer comment s'en servir avant de boire à nouveau. La demoiselle commença à faire tourner l'objet entre ses petites mains. Prenant son courage avec celles-ci, elle porta la pipe à ses lèvres entreouvertes et inspira profondemment en fermant les yeux.

Mauvaise idée. Peut-être aurait-elle mieux fait de mesurer son inspiration ... La pipe glissa d'entre ses doigts, retombant dan sl'herbe silencieusement. Une main sur sa poitrine qui lui sembla être en feu, elle toussa. Légèrement car elle ne voulait pas paraître trop ridicule même si, franchemnt, l'idée ne lui traversa pas l'esprit. Ses cils s'humidifièrent des larmes duent à sa toux. Se reprenant peu à peu, elle redressa la tête. Pas si vite malheureuse ! Lyndis dut s'aggriper à l'écorce de la souche pour ne pas basculer en arrière. Sa tête lui semblait si lourde et pourtant légère, comme si elle était rempli d'hélium.

Tournant ensuite son regard voilé vers la gauche, elle rattrapa de justesse la bouteille d'absynthe que son maître lui fourra entre les mains. Pourquoi se sentait-elle aussi ralentie ? Ses pensées étaient floues et elle se sentait incapable d'aligner trois mots. Elle ne pensait plus à rien, observait les alentours d'une nouvelle façon et trouvait même la compagnie d'Allen agréable. A vrai dire, tout lui semblait agréable. Lyndis reprenait plus ou moins pieds, quelque peu stupéfaite par la manière dont buvait ce jeune homme.

Suite à sa remarque, elle finit cul sec la bouteille. Cette fois-ci, elle sut mieux apprécier la chaleur que dégageait l'absynthe. Mais ... Pourquoi faisait-elle ça ? Juste par ce son maître le lui avait demandé ? Ca n'était vraiment pas son genre et pourtant. Bref. La servante reposa la bouteille au sol mais, entraînée par le poids de son corps engourdi, elle tomba à genoux. Décidemment, ce mélange ne la réussissait pas. Posant son regard sur les fourrés à quelques mètres d'elle, Lyndis crut apercevoir deux yeux verts malicieux et un rire cristallin lui caressa les tympans. Sa tête se pencha sur la droite et un sourire étira ses lèvres avant qu'elle ne rit légèrement.

La voix d'Allen fit disparaître les yeux et taire la rire. Se tournant alors vers lui, elle reprit la pipe que le Comte lui tendait puis en prit un inspiration. Elle se sentait si bien ... Ses tristes souvenirs l'avaient abandonnés, elle était légère. Elle toussa encore un peu puis répondit enfin, d'une voix lointaine.


" Il y avait ... la mer. Ma maison était sur une falaise et celle de mon père au port. Il y avait beaucoup d'enfants et on jouait souvent aux pirates, c'était si drôle ! J'étais la belle capitaine des îles Caraïbes et parfois les marins venaient jouer avec nous ! On pillait et détruisait tout sur notre passage, personne n'osait me défier ! " dit-elle en pointant la pipe devant elle comme une épée.

" Mais après mon père est parti, ma mère aussi, mes amis aussi. On ne pouvait plus jouer ... Alors comme je m'ennuyais, je dansais seule sur les falaises. Ils aimaient me regarder danser au village, pendant les fêtes ! Mais après, je suis partie moi aussi. "

Elle termina ainsi en haussant les épaules, un sourire plus franc au bout des lèvres. Elle prit une nouvelle bouffée d'opium. Tout paraissait si simple à cet instant ... Ensuite, se tournant vers Allen, elle le questionna.

" Et vous ? Vous habitiez où ? "

Est-il utile de préciser que Lyndis ne se rendait pas compte de son changement radical de comportement ? Elle avait envie de parler, bouger et s'amuser bien que son corps ne soit peut-être plus en mesure de suivre ces envies. C'est alors qu'elle revit ces deux yeux verts derrière le Comte de Gloucester, ils lui firent un clin d'oeil, ce qui amusa visiblement Lyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen M. Gloucester

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 17/09/2007

Feuille de personnage
Maître(sse) de: Lyndis D'Einrew
Esclave de: /
Ami(e)s: /

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Ven 12 Oct - 21:51

Allen inspira une nouvelle fois dans la pipe à opium quand il vit Lyndis perdre ses moyens.

*Hum! Elle est partie* Se dit-il avec un sentiment mêlant impatience, plaisir et amusement.

Il tendit la pipe à Lyndis pendant qu'elle parlait et récupéra les bouteilles d'absynthe, elle voyait déjà la fée verte. Surprenant. Allen but à nouveau dans la bouteille, avalant de grosses gorgées presque les unes derrière les autres. Lorsqu'il reposa la bouteille il se sentit basculer sur le côté et se mit à rire alors que Lyndis lui parlait des pirates, l'histoire sencée être triste était hilarante tant les convives étaient shootés (au sens le plus propre du terme). Malice tendit une banane à Lyndis en la lui lançant plutôt en vérité et lui fit fumer encore avant de lui déposer un baiser sur la joue, disant alors:

"Mon enfance est nettement moins affligeante que la votre. Enfin, j'ai un peu été battu par ma mère, elle a essayé de brûler mon bras gauche et m'a à plusieurs reprises griffé et tabassé. Mais bon, pas si grave. Je vivais en Gloucester, c'est en plein milieu des terres Anglaises, dans la campagne. Vous ne devez pas connaître."

Allen inspira de l'opium à pleins poumons et regarda Lyndis se débattre avec sa banane. Il reprenait déjà ses esprits, même s'il était complètement à l'Ouest, alors c'est vous dire Lyndis!
Il s'avança près d'elle, tendant vers elle des mains salvatrices ; il allait lui ouvrir la banane, ce qu'il fit remarquablement.
Lui, contrairement à Lyndis, n'avait pas d'hallucination, il se lâchait devrait-on dire. Le mélange de l'alcool et de l'opium le rendait tout fou comme on dit, il voulait faire des choses folles, qu'il ne ferait pas d'habitude. C'est pourquoi, alors que Lyndis se battait encore avec sa banane, on aurait dit qu'elle n'arrivait pas à mordre, résultat elle tachait plutôt de la sucer sensuellement, mais bien sûr elle ne s'en rendait pas compte.
Malice reprit de l'absynthe au goulot, tendant ensuite la bouteille à lyndis et s'écroulant sur elle, faisant tomber la bouteille un peu plus loin. En vérité Allen n'avait pas perdu l'équilibre, il avait eu envie de la sentir sous lui, de sentir son odeur, sa chaleur. Et dans tout ça, Allen se sentait monter alors qu'il se frottait légèrement à Lyndis, juste là où on se sent bien, puisqu'elle avait les jambes écartées là où il était tombé. Le comte eut énormément de mal à se forcer à se relever tant il appréciait cette situation. Il reprit la bouteille qui ne s'était as vidée et but une gorgée, la tendant à Lyndis.


"Aller Lyndis! Amusons-nous! Buvons tout notre saoûle et bénissons le seigneur de nous avoir collés l'un à l'autre pour l'avenir!"

Et à tous les coups, Lyndis approuverait avec joie sans ne rien comprendre au sous-entendu d'Allen, mais le Maître en était certain à présent, le début des vrais plaisirs ne tarderaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndis D'Einrew

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
Maître(sse) de: ...
Esclave de: Allen M. Gloucester
Ami(e)s:

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Lun 15 Oct - 0:00

Alors que la demoiselle attendait la réponse de son Maître, elle semblait tout autant intriguée par cette chose verte. Elle était belle ... Ses lèvres vertes pailletées s'étiraient en un large sourire, amusée et presque moqueuse. Quant à ses yeux, ils étaient un ravissant mélange de vert et de dorée. Mais Lyndis n'eut pas le temps de l'observer plus longtemps car Allen lui envoya une banane qu'elle attrapa de justesse. Sans qu'elle s'en aperçoive, il s'était approché d'elle pour lui faire prendre à nouveau de l'opium et pour déposer un baiser sur ses joues rosies. Elle sourit bêtement tout en vascillant un peu. La domestique s'apprêta alors à ouvrir le fruit. Mince. C'était comme si ses forces l'avaient abandonnée. Mais elle ne se sentit nullement ridicule, au contraire elle s'amusait et usa de moultes stratégies pour essayer d'ouvrir la banane récidiviste. Le discours du Comte ne lui faisait ni chaud, ni froid. Elle lui fit alors part de ses impressions tandis qu'il lui pelait le fruit.

" Elle n'était pas très gentille votre maman ... Mais votre papa, alors ? ... Gloucester ... Ne connaîs pas ! "

Elle lui adressa un large sourire avant de s'attaquer à sa banane. Mais qu'importe comment elle pouvait l'aborder, sa machoire ne voulait pas lui obéir. Cela l'amusa un instant puis elle finit par trouver un moyen pour la déguster. La chair pâle glissait entre ses lèvres gourmandes et l'arôme était capturé par la langue habile de Lyndis. Ca n'était pas la manière la plus rapide pour manger une banane mais bon ... Elle ne se rendait pas compte de l'effet produit sur Allen.
Ayant but une nouvelle gorgée, ce dernier s'était penché vers elle pour lui tendre la précieuse bouteille seulement, il lui tomba dessus. Surprise, Lyndis qui bascula en arrière se mit à rire. Les bras étendus, la banane gisait dans l'herbe sombre. Son regard croisa les yeux dorés d'Allen qui brillaient dans l'obscurité. Avant qu'elle n'eut le temps de commettre l'irréparable, presque hypnotisée par ce regard si proche, un soupir d'étonnement satisfaisant lui échappa tandis que le Comte se frottait à elle. Lyn se cambra légèrement mais ce dernier se redressa.

La jeune femme resta allongée, le regardant boire à nouveau. Elle se releva ensuite tant bien que mal, titubante, et s'accrocha presque au cou de son maître, son visage a quelques centimètres du sien. Puis, elle lui prit la bouteille.


" Amen ! " dit-elle en tendant la bouteille vers le ciel avant de la porter à ses lèvres.

Le liquide glissa jusque dans son estomac sans qu'elle n'en sente vraiment le goût. A vrai dire, je ne pense pas qu'elle soit encore capable de sentir quoique se soit. La bouteille vide, elle la laissa tomber à leurs pieds et dans un même élan, elle joind ses lèvres à celles d'Allen. Collée à lui plus par manque d'équilibre qu'autre chose, une de ses mains se glissa dans la chevelure ardente du Comte de Gloucester tandis que sa langue se glissait entre les lèvres sucrées du jeune homme. Autant dire que Lyndis ne contrôlait plus rien, ni ses pensées, ni son corps. Corps qui ne demandait qu'à sentir à nouveau cette chaleur contre lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen M. Gloucester

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 17/09/2007

Feuille de personnage
Maître(sse) de: Lyndis D'Einrew
Esclave de: /
Ami(e)s: /

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Mar 16 Oct - 20:32

Elle l'embrassait, le comte de Gloucester ne rêvait pas. Cette jeune fille se collait à lui, après avoir bu le fond de la bouteille, elle se lança à l'assaut de ses lèvres et lui, satisfait au possible, la ramena encore un peu sur elle, laissant de côté le plateau de fruits, les bouteilles d'absynthe mais aussi la pipe qui était encore allumée. Il la pressa contre lui presque sans s'apercevoir de sa propre force, mais après tout peut-être ne s'en rendait-elle pas compte non-plus.

Alors que leurs langues se caressaient, Allen fit glisser les bretelles de la robe de domestique que portait Lyndis. Ces robes étaient amples et on ne portait généralement rien en dessous en ce temps là. La robe tomba alors aux pieds de Lyndis qui, comme l'avait prévu Malice, était complètement nue. Et Lyndis ne réagissait pas. Elle était entièrement à lui. Le comte s'esclaffa intérieurement tout en caressant d'une main son visage, puis son cou, les épaules, et enfin la poitrine qu'il ne fit pas que survoler. Il pressait doucement ces bosses voluptueuses qui jouaient beaucoup dans le charme des femmes et dans un même élan, il la fit tomber, afin qu'elle se retrouve allongée à même le sol, les jambes écartées. Le comte fit glisser ses doigts jusqu'à l'intérieur de ce corps démuni et ne put alors s'empêcher de sourire, cette fille était bien pucelle. Il effectua plusieurs mouvements de la main au même endroit qui eurent pour effet de rendre Lyndis complètement folle, elle se tortillait et gémissait, parfois avec force, alors que Malice la regardait avec un air à la fois satisfait et désireux ; il en voulait plus.
Sans un mot il se décolla des lèvres de Lyndis et retira ses doigts de cette zone qui l'affolait tant. Il défit le noeud de sa culotte et laissa apparaître dans toute sa grandeur la chose qui inspira le symbole de la virilité. Avec un sourire il détacha sa chemise et gardant ce sourire vainqueur aux lèvres, il descendit tout doucement en prenant appui sur les jambes écartées de la jeune fille, il tenta une première pénétration. Lyndis était dans un effet tel que si elle avait déjà été dépucelée, l'entrée se serait produite sans encombres. Or là, bien que le passage soit plus facile qu'avec d'autres, Allen sentait bien qu'il allait falloir forcer. Il se colla encore à Lyndis afin qu'ils se réchauffent l'un l'autre et plongea son regard dans celui de son esclave, l'embrassant alors avec fougue et profitant de cet instant où elle pensait à autre chose pour forcer d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndis D'Einrew

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
Maître(sse) de: ...
Esclave de: Allen M. Gloucester
Ami(e)s:

MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   Mer 17 Oct - 23:01

Les pensées nébuleuses et le corps prisonnier de l'étreinte du Comte de Gloucester, Lyndis n'était plus qu'une marionnette entre ses mains .. expertes. Tandis que ce langoureux baiser se prolongeait, le Maître l'avait approchée de lui avec une force non-mesurée. Mais cela, la domestique ne s'en aperçut, et puis elle aimait cette sensation. Les lèvres du Comte était si douces et chaudes ... Dans cet état lamentable, Lyndis pouvait à peu près trouver tout agréable, en fait. Mais je n'insinue pas non plus que notre cher Allen soit, en réalité, désagréable. Enfin. Tout dépend dans quel sens.

Bref. Voilà que les mains de jeune homme le déshabillèrent en deux temps trois mouvements. Entièrement nue au beau milieu des bois en début automne sans une conscience de la réalité. Qui voudrait prendre sa place, franchement ? Enfin, comme Lyndis ne se plaint pas, la joueuse non plus. Les yeux gris et voilés de la servante scrutaient ce visage qui semblait si doux, les lèvres entre-ouvertent, elle ne bougea pas non plus lorsqu'Allen parcourut son corps pâle et encore pure. Un sourire étira ses lèvres fines avant qu'un léger rire ne les franchisse quand il la fit allonger sur le sol froid. Les brins d'herbes avaient tendance à la chatouiller ce qui la faisait frissonner, en plus du froid de cette nuit.

Ses cheveux formaient une auréole blonde autour de son visage tandis qu'elle levait le regard pour observer le ciel. Quelques nuages clairs se détachaient sur le fond un peu pailleté. Mais elle sursauta légèrement lorsque les doigts du Comte s'introduisaient en elle; une petite exclamation résonna entre les arbres et ses mains empoignèrent la pelouse. Plus les mouvements se répétaient, plus la demoiselle se sentait faiblir. D'abord quelques soupirs puis, au fur et à mesure, ils devinrent des gémissements. Lyndis se cambrait tandis que les doigts de son Maître parvinrent à humidifier suffisamment son entrejambe. La demoiselle avait la bouche sèche et son corps lui semblait être en feu. Elle avait chaud et froid en même temps, une drôle de sensation lui chatouillait le bas ventre et il en demandait plus. La jeune d'Einrew ne cherchait même pas à résister, c'était amusant après tout.

Allen s'était redressé pour se dévêtir; la jeune fille mit un certain temps avant de s'y intéresser. En voyant le membre tendu fièrement, elle ne put réprimer un petit rire mais aucune pensée ne lui vint. Comme toute fille de son âge, Lyndis connaissait cet acte. Mais comme en parle les jeunes filles ... Cela se passerait dans un magnifique lit à baldaquin avec un bel Apollon dont elle serait forcément amoureuse. Seulement, elle était bien trop saoule pour réaliser que son rêve partait en fumée. Même le bras gauche noircit du jeune homme ne la répugna pas, ni les cicatrices qui couvraient son corps. Un si beau visage ... Elle ne voyait que ces grands yeux dorés.

C'est au plus grand plaisir de notre débauchée d'un soir que le Comte se colla à elle. Elle passa ses bras fins autour de son cou et chercha ses lèvres. Celles-ci trouvèrent les siennes avec fougue lorsqu'Allen s'imposa de force. Bayonnai par les lèvres de son Maître, Lyndis ne put qu'émettre qu'un cri étouffé. Ses yeux se fermèrent d'où quelques larmes coulèrent. Des larmes de douleur seulement. Tout son être s'était crispé ce qui ne faciliterait pas les choses pour Allen et Lyndis. Se libérant du baiser, elle enfouit son visage de le cou du jeune homme et se mit à rire.

La fumée du narguilé s'élevait dans l'air pour stagner autour d'eux. Peut-être était-ce cela qui la fit se détendre peu à peu ? Peu importe. En tout cas, Allen n'avait pas attendu pour poursuivre. Moins fort bien sûr, mais assez pour maintenir un douleur aiguë. Toujours lovée dans son cou, elle était partagée entre douleur et plaisir. Ce corps chaud collé contre elle la faisait se sentir bien mais ces incessants mouvements branlants n'était pas vraiment agréable. Cependant elle ne dit rien. Seuls quelques soupirs allèrent se perdrent au creux de l'oreille du Comte.

Le décor semblait flou et mobile, Lyndis se sentait un peu perdue. Mais elle ne sentit pas le filet de sang qui coula le long de sa fesse. Son inexpérience l'empêcha de prendre une quelconque initiative ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"L'absynthe est l'aphrodisiaque de l'âme" ... [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Inscrivons notre région pour la 11ème édition"
» [Blog] Les lieux du film "BIONICLE La légende renaît spécial JM134"
» "Inscrivons notre région pour la 11ème édition"
» "Inscrivons notre région pour la 12ème édition"
» (maya) "For tonight, it's just the two of us"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kouketsu :: Manoir extérieur :: Bois-
Sauter vers: